Imprimer

Sa vie

 

 

 

Missionnaire apostolique (1706-1716)

Pendant dix ans, le Père de Montfort va prêcher 200 missions et retraites dans l'Ouest de la France : la Bretagne, les Pays de Loire, la Vendée, l'Aunis, la Charente.

Saint Lazare, (1707-1708) à côté de Montfort
-du nom d'une ancienne léproserie du Moyen Âge- où Louis-Marie restaura une chapelle et des bâtiments. Il s'y réfugia avec les frères Mathurin et Jean entre plusieurs missions dans le voisinage, en 1707 jusqu'au printemps 1708. Il rêvait d'y établir sa première communauté.
En clôture de ses missions, il fait ériger un grand calvaire pour rappeler longtemps l'amour du Seigneur. Le plus célèbre est celui de Pontchâteau dans le diocèse de Nantes, édifié entre 1709- 1710.
Il évangélisera ainsi de préférence les catégories sociales les moins favorisées, dans les faubourgs les plus populeux et les campagnes les moins ferventes. Allant de paroisse en paroisse, il appelait les peuples à venir écouter la Parole de Dieu, leur expliquant en tableaux illustrés les mystères chrétiens, leur faisant méditer l'Évangile sur les grains du rosaire, les organisant en processions priantes, entraînées par des cantiques chantés sur des airs populaires de l'époque.

Témoin de l'Évangile
Les gens auraient pu regimber devant cette sorte de prophète qui secouait rudement leur routine. Pourtant, tous ou presque, voulaient répondre à la voix de ce missionnaire qu'on appelait : «le bon Père de Montfort». Si, parfois, on le prit pour un révolutionnaire, c'est que l'on comprenait mal la profondeur évangélique de son affection pour tous ceux que la société laisse plus ou moins de côté. Il faut le voir, un soir d'hiver à Dinan, porter sur son dos un mendiant et crier à la porte des missionnaires : « Ouvrez à Jésus-Christ ! ».

Pèlerin de la Vierge:
St Louis-Marie ne fut-il pas lui-même, sous le règne de Louis XIV, un fidèle pèlerin des sanctuaires célèbres de son temps : ND de Chartres, ND des Ardilliers (Saumur), le Mont St Michel... ? Ce marcheur obstiné qui parcourut près de 25 000 Km à pied n'a pas hésité à aller jusqu'à Rome chercher lumière et réconfort auprès du pape Clément XI. Loin du Nouveau Monde où cet admirateur de St Ignace, de St François Xavier et de St Dominique rêvait d'aller il se fera le prédicateur infatigable de missions paroissiales et de retraites, consacrant toutes ses forces à conduire les âmes «A Jésus par Marie». Pour devenir plus conformes au Christ, les fidèles seront invités à conclure les missions par le renouvellement des promesses du baptême et la consécration au Christ Sagesse par les mains de Marie.

4 * 1706 – 1716 : La Vie Missionnaire : Bretagne, Pays Nantais, Vendée militaire, La Rochelle. Après son voyage à Rome et l'entrevue avec le pape clément XI qui le nomme « missionnaire apostolique »

La Rochelle :
En 1714 il y réorganise les écoles charitables. Le 23 mars 1715, Marie - Louise et Catherine Brunet, premières filles de la Sagesse viendront de Poitiers servir les malades à l'Hôpital et prendre en charge l'instruction des enfants les plus défavorisés.

Dans le quartier de Saint Eloi, Montfort se retira dans ce petit ermitage, pour y faire retraite et y rédiger plusieurs règlements et ouvrages de spiritualité.

Les longues marches, la nourriture souvent déficiente, les douleurs physiques et morales, le peu de repos qu'il prend ont raison de sa santé, pourtant robuste. Pendant sa dernière mission à Saint Laurent-sur-Sèvre, une pleurésie le terrasse. Il meurt le 28 avril 1716, âgé de 43 ans.

Trois familles religieuses ont leur berceau près de son tombeau : les pères et frères de la Compagnie de Marie, les filles de la Sagesse et les frères de St Gabriel.

La « Maison Longue », le « Chêne Vert », le « Saint Esprit » et la « Maison Supiot » furent dès l'origine les lieux de communauté des premiers disciples de saint Louis-Marie de Montfort.

Progressivement cette famille s'est élargie : instituts séculiers ou religieux, groupes spirituels ou apostoliques de laïcs. Tous cherchent à vivre l'Évangile selon le visage qu'en a donné ce grand apôtre de la Vierge et du Rosaire.